Dans cet article écrit par Jean Chapelot et Eric Rieth, les actions menées dans le cadre du Projet collectif de recherche sur le fleuve Charente à Taillebourg-Port d'Envaux sont une nouvelle fois critiquées et présentées de façon incomplète et biaisée. Cette démarche relevant d'une malhonnêteté intellectuelle, il nous apparaît important d'en informer les lecteurs et de préciser les points suivants : - écrire que les objets scandinaves trouvés à Taillebourg fournissent des arguments archéologiques à la thèse de l'historien André Debord n'est pas affirmer que cette hypothèse est vérifiée. La question mérite d'être posée à nouveau comme cela se fait habituellement lorsque de nouveaux éléments sont disponibles ; - nous n'avons pas attendu 2004 pour évoquer l'hypothèse d'un port fluvial du haut Moyen Age à  Taillebourg-Port d'Envaux et nous n'avons pas eu à nous rallier à l'interprétation des deux auteurs. Nos références et nos comparaisons dépassent largement le cadre de la Charente pour un type de site qui a rarement fait l'objet, à  l'échelle européenne, de recherches similaires. Nous ne refusons pas la contradiction scientifique à condition qu'elle soit formulée avec objectivité, caractère qui en fait un facteur essentiel de progrès. Nos travaux sont d'ailleurs annuellement soumis aux contrôles de la Commission interrégionale de l'archéologie et à divers comités de lecture. Nous renvoyons les lecteurs au résumé de la recherche conduite dans le cadre du projet collectif qui est présenté sur ce même site Internet, ainsi qu'à la liste des travaux effectués depuis le début de ce projet, et au droit de réponse que nous avions publié dans la revue Aestuaria, suite à un article publié en 2005 et dans lequel Jean Chapelot, faisant peu de cas des avis des instances de l'archéologie nationale et des résultats obtenus, critiquait notre méthode de travail et nos interprétations. Ce texte est toujours d'actualité, la critique, au contraire des travaux réalisés au cours des trois dernières années, n'ayant pas du tout progressée. Nous sommes actuellement en campagne de prospections subaquatiques, prospection qui constitue un des volets essentiels du PCR ; après cette brève mise au point, nous retournons sur le terrain, le lieu où la recherche progresse et où une équipe soudée et dynamique travaille en bonne entente pour faire connaître au plus grand nombre la richesse d'un patrimoine immergé qui réserve encore bien des surprises. Nous nous efforçons de mettre les données collectées à la disposition de la communauté scientifique, quelle que soit son domaine de spécialisation. Nous invitons les lecteurs désireux d'obtenir des informations plus précises sur les découvertes réalisées à Taillebourg-Port d'Envaux, que ce soit sur les berges, dans le lit mineur ou dans les archives, à nous contacter.

Annie Dumont, coordinatrice du Projet collectif « Approche archéologique, historique et environnementale du fleuve Charente à Taillebourg-Port d’Envaux (Charente-Maritime) »,

Jean-François Mariotti, responsable de la prospection subaquatique à Taillebourg-Port d’Envaux.
Liens :
Réponse
Communication au MEP 2007
Travaux du PCR